La mise en place des titres de paiement au sein d'une société de nettoyage

Introduire des titres de paiement dans une entreprise est plutôt bien accueillie par les salariés surtout lorsque le travail effectué est contraignant, à l'image des agents de propreté et de nettoyage. C'est dans l'optique de réduire le coût lié à la restauration et aux loisirs des salariés que de nombreuses entreprises proposent des titres de paiement hétéroclites. Mais de quelle manière les entreprises de nettoyage doivent-elles mettre en place ces titres de paiement ?

Au sein d'une société de nettoyage de moins de cinquante salariés, les titres de paiement améliorent de manière significative la convivialité sur le lieu de travail. Offrant au salarié un pouvoir d'achat supplémentaire, le titre de paiement valorise également la société de nettoyage à travers la mise en place d'actions originales et innovantes à destination des salariés. Cela donne également aux salariés un accès privilégié à la culture et aux loisirs. A titre d'exemple, la société coopérative – SCOP Groupe Chèque Déjeuner, également entreprise d'action sociale, numéro trois mondial sur le marché des émissions de titres de paiement commercialise un chèque culture à destination de tous les salariés.

Parce qu'un salarié bien dans sa peau est plus efficace, le chef d'entreprise peut également mettre à disposition de ses collaborateurs un chèque bien-être. Ce titre de paiement, plus qu'une offre de comités d'entreprises, répond aux attentes des responsables des ressources humaines soucieux du bien-être de leurs collaborateurs. Ils auront la possibilité d'utiliser ce titre de paiement dans un large réseau d'instituts et d'effectuer: massage, réflexologie, sophrologie ou coaching.

Dans une société de nettoyage de plus de cinquante salariés, le titre de paiement a une autre fonction. En plus d'offrir de vraies pauses déjeuner entre collègues et de développer une ambiance conviviale qui se poursuit pendant les heures de bureau, le titre de paiement est un véritable avantage social. L'entreprise prend alors une nouvelle dimension auprès des salariés. En effet, la structure n'est alors plus seulement vue comme une organisation tournée vers la rentabilité et la productivité mais comme une entreprise sociale  tournée vers le bien-être des salariés.